Gardien du temps

Luc Derive, responsable de l’atelier d’horlogerie de 12 Time Switzerland, est horloger rhabilleur depuis vingt ans. C’est lui qui réceptionne les montres pour l’entretien et la réparation. Il établit un rapport de santé complet et, accompagné de son équipe, réalise les interventions nécessaires. Rencontre avec ce maître des « garde-temps », qui nous parle d’un métier où passion rime avec précision.

C’est un artisanat rare que pratique Luc Derive, et il en est fier. Après avoir travaillé pendant vingt ans auprès de plusieurs grandes marques telles que Roger Dubuis, Harry Winston et Patek Philippe, il est désormais au service de 12 Time Switzerland, en tant que responsable de l’atelier.

Quand on lui demande en quoi consiste son métier, Luc Derive ne parle pas d’entretien, ni de réparation de montres. Il évoque le « soin ». « Une montre, une pendule, un garde-temps, n’est pas un simple outil du quotidien. C’est un objet de vie, un bel objet souvent, qu’il convient de traiter avec la plus grande précision. »

Un entretien optimal

Lorsque la montre arrive sur son établi, l’horloger la démonte entièrement, afin d’exercer les différentes vérifications. Commence alors une série de contrôles minutieux, qui révèlent les éventuels problèmes nécessitant une intervention. Un cadran vieilli par les UV, une faiblesse d’étanchéité, une pile en fin de vie, une huile à changer, rien n’échappe à son œil averti. Luc manipule chaque pièce méticuleusement, scrutant les mouvements, guettant une usure imprévue. Son titre d’horloger rhabilleur signifie d’ailleurs qu’il peut traiter une montre de A à Z, du réglage du mouvement au taillage d’une pièce, en passant par les peintures de cadrans.

Chaque montre est unique et, afin d’opérer un entretien optimal, Luc suit des certifications (formations spécialisées) auprès de différentes marques d’horlogerie. Une Omega n’a pas le même mouvement qu’une Swatch ; une IWC ne se démonte pas de la même manière qu’une Cartier. Chaque marque présente des spécificités qui font sa valeur, et l’horloger en charge de l’entretien se doit de les maîtriser. C’est une expertise indispensable pour répondre aux besoins précis de chaque montre.

L’atelier de 12 Time a également investi dans des machines d’horlogerie particulièrement efficientes. Ainsi, tous les collaborateurs travaillent sur les meilleurs équipements actuels, ce qui leur permet de compléter leur savoir-faire par des techniques de pointe.

Préserver l’âme d’une montre

Lorsqu’il établit son devis d’entretien et réparation, Luc Derive propose différents degrés d’interventions, sans jamais rien imposer au client. En fonction de la complexité de la montre, il communique parfois directement avec lui afin d’assurer un service toujours plus personnalisé.

« Chez 12 Time, nous nous occupons de chaque montre avec passion. Lorsqu’on reçoit l’objet, on met tout en œuvre pour l’entretenir sans altérer sa mécanique si particulière. On traite la montre dans sa globalité, sans jamais lui enlever une partie de son âme. »

En véritable passionné, Luc Derive s’enthousiasme quand une ancienne Audemars Piguet apparaît dans son atelier, mais il accorde la même attention à chacune des montres qu’il traite. Dernièrement, on lui a même soumis un vieux compteur d’avion à réparer. « C’est finalement assez similaire et l’objectif reste le même, garder le temps, minutieusement. »

Menu